Conception et mise en scène : Wilfried Wendling
Musiques : Pierre Henry et Wilfried Wendling
Scénographie plastique et vidéo : Milosh Luczynski
Comédien : Serge Merlin
Chanteuse (voix enregistrées) : Valérie Philippin
Production déléguée : La Muse en Circuit – Centre national de création musicale

l’HUMANITE:
« …Dans cette aventure passionnante, le plasticien et vidéaste Milosh Luczynski a conçu un dispositif à facettes multiples qui plonge le spectateur dans un univers à la fois parallèle et perturbant. Le système, avec pas moins d’une dizaine de vidéoprojecteurs et des effets lumineux brillants, dans tous les sens du mot, habille la scène en plusieurs dimensions, mais aussi les parois de la salle, avec des images d’archives, d’autres spécialement issues du plateau et qui se superposent à des figures entièrement géométriques, se formant, se déformant et s’entrecroisant comme les labyrinthes d’une mémoire incertaine…. »

https://humanite.fr/theatre-tumulte-de-lhesitation-entre-vivants-et-morts-646583

« iogazette.fr« 

« … L’œuvre de Shakespeare est mise à mal certes mais la musique de Pierre Henry qui envahit l’espace scénique dans une installation fidèle à ses principes de spatialisation du sons, sources sonores multiples, hauts-parleurs mobiles de taille et de forces variées, et la création d’images superbes et audacieuses de Milosh Luczynski mélangeant l’abstraction des lignes, la dynamique du défilement des symboles, les gros plans sur le visage de l’acteur, les visions de squelettes et des éclats de lumière, nous obligent à recréer du sens, un sens qui nous serait propre et nous confronterait à nos interrogations personnelles. … « 

« L’interpellation technologique d’Hamlet »
Par Odile COUGOULE,
http://www.iogazette.fr/…/linterpellation-technologique-dh…/

« Un fauteuil pour lorchestre »:
« … »Milosh Luczynski signe une scénographie plastique et visuelle hallucinante en totale adéquation avec la partition et la mise en scène. Entre télésurveillance paranoïaque totalitaire et onirisme démentiel, délires hallucinatoires et rêves abruptes. Totalement immersif, au même titre que le son, et qui enclot à son tour sans échappatoire le spectateur et l’entraîne dans cette folie…. »

http://unfauteuilpourlorchestre.com/hamlet-je-suis-vivant-…/

Seul sur scène, un vieil homme semble errer sur le plateau, hanté par des spectres shakespeariens et des échos qui viennent troubler le réel. Les alliages sonores du père de l’électroacoustique, Pierre Henry, les compositions pour voix de Wilfried Wendling et les effets visuels inquiétants imaginés par le vidéaste Milosh Luczynski se conjuguent à la présence magnétique de Serge Merlin. Sommes-nous dans la conscience d’un vieil Hamlet ? Dans les limbes ? Dans un monde de science-fiction comme celui d’Ubik, roman de Philip K. Dick dont s’inspire le spectacle ? Wilfried Wendling met en scène cet « opéra numérique » de Pierre Henry, figure majeure de la musique électronique qui nous a quitté en juillet 2017.

-
Production déléguée : La Muse en Circuit, Centre national de création musicale
Co-commande musicale à Pierre Henry : La Muse en Circuit, Festival Aujourd’hui Musiques du Théâtre de l’Archipel, scène nationale de Perpignan
Co-production : compagnie Prometeo, Festival Aujourd’hui Musiques du Théâtre de l’Archipel, scène nationale de Perpignan, Nouveau Théâtre de Montreuil – Centre dramatique national, INA-GRM, le POC d’Alfortville.
Avec la participation du DICRÉAM / CNC
Action financée par la Région Île-de-France